[Interview] Stephan Eyeson, fondateur et PDG, Survey54
09-04-2021 11:57:00 | by: Pascaline Icyizere | hits: 7354 | Tags:

Read this article here in English

L'entrepreneur Britanique-Ghanéen, Stephan Eyeson, est actuellement PDG et fondateur de la société panafricaine de collecte de renseignements sur les consommateurs, Survey54.

Pouvez-vous nous parler de votre compagnie?

Survey54 a été lancé en 2019 et est une équipe d'étude de marché qui utilise des informations basées sur l'IA pour collecter des données et interpréter les habitudes de consommation. Ce que nous faisons, c'est aider les les sociétés à comprendre les tendances des consommateurs africains et comment cela peut affecter leurs plans de marketing et leurs résultats globaux. Nous opérons actuellement principalement à partir du Royaume-Uni et de l'Afrique du Sud, mais nos méthodes sont adaptées à une participation mondiale. Comme le nom de la société l'indique, nous sommes actifs dans les 54 pays d'Afrique, mais nos domaines d'information les plus élevés sont le Nigéria, l'Afrique du Sud, le Kenya et le Ghana.

À quelles industries rendez-vous vos services?

Les secteurs qui ont jusqu'à présent bénéficié de notre intelligence sont FMCG, Fintech, Santé et de l'alimentation et vendre au détail. Nos clients ont tendance à être des entreprises internationales opérant ou faisant une entrée dans l'économie africaine, mais les organisations locales sont également très en jeu.

Comment le marché a-t-il répondu à vos services?

Positivement, surtout en Afrique du Sud. La crise sanitaire mondiale actuelle à laquelle nous sommes confrontés a produit une lueur d'espoir: il y a une poussée sans précédent de la numérisation en Afrique. Le besoin d'avoir un Internet puissant à la maison est passé du luxe à la nécessité de base. Les commandes à domicile ont explosé et l'interaction numérique a généré plus d'informations que jamais sur les comportements des consommateurs. Nous avons trouvé que c'était une tendance positive et nos commentaires l'ont reflété.

Dans quelle direction l'entreprise se dirigera-t-elle au deuxième trimestre 2021?

Nous visons à étendre notre offre à l'intelligence purement consommateur et viserons une expansion en Egypte, au Mozambique et au Rwanda. Nous travaillons également en partenariat avec des entreprises fintech pour comprendre les modèles d'achat et les habitudes de consommation des consommateurs africains.

Qu'est-ce qui différencie votre approche des connaissances des consommateurs de celle des autres entreprises existantes?

Nous utilisons diverses technologies mobiles et basées sur l'IA pour automatiser le problème de la recherche sur les consommateurs. Nous exploitons également différents canaux tels que notre application mobile, USSD, Voice et SMS pour atteindre les répondants dans les zones rurales et dans les villes. Nous sommes en mesure de recevoir des répondants en quelques minutes car nous disposons d'une vaste base de données de participants dans quatre grands pays. Nous nous concentrons uniquement sur l'Afrique, ce qui signifie que nous avons des modèles adaptés à chaque pays.

La AfCFTA est entrée en vigueur en janvier de cette année. Comme vos services couvrent les 54 pays d'Afrique, quel est l'impact de ce développement sur vos opérations?

L'AfCFTA est très excitant pour nous. Nous prévoyons d'ouvrir nos recherches sur les consommateurs, ce qui permettra aux entreprises de prendre des décisions sur les pays dans lesquels elles peuvent acheter et vendre en fonction de la demande. Il est prudent de croire que cela aidera les entreprises à prendre les bonnes décisions.

Quelles sont les ambitions de Survey54 en tant que compagnie?

Notre objectif à long terme est d'être le plus grand détenteur d'informations sur les consommateurs sur le continent. Nous aimerions également voir une situation où nous pourrions mettre notre intelligence à la disposition des PME ainsi que des startups en Afrique. Pour le moment, nous travaillons principalement avec de grandes organisations qui reconnaissent déjà le besoin de compréhension des consommateurs, mais le fait est que beaucoup de startups africaines échouent parce qu'elles se lancent aveuglément sur le marché. Cela n'a pas besoin d'être le cas.

Quelles sont les dernières nouvelles de l'entreprise?

Nous travaillons actuellement sur des trackers qui permettent aux entreprises de comprendre et de suivre en temps réel ce que les Africains consomment quotidiennement ainsi que leurs habitudes alimentaires. Nous sommes convaincus que nous verrons cela se concrétiser d’ici la fin de l’année.

Si vous êtes une entreprise et avez besoin de données d'intelligence consommateur, n'hésitez pas à contacter directement
Stephan Eyeson

 

www.survey54.com