[Interview] N. Justin Chinyanta, Directeur Général et PDG, Loita Group
22-08-2022 12:17:00 | by: Marlene Mutimawase | hits: 1973 | Tags:

Read this article here in English

De nationalité zambienne et résidant à Johannesburg, en Afrique du Sud, N. Justin Chinyanta est le fondateur, président et directeur général de Loita Holdings Corporation. M. Chinyanta est un spécialiste et un expert des marchés financiers de l'Afrique subsaharienne, avec plus de vingt ans d'expérience professionnelle dans la banque commerciale et d'investissement dans la région, complétée par un vaste réseau de contacts de haut niveau avec des entreprises privées, des donateurs et des gouvernements africains.

Il a joué un rôle de premier plan dans le développement des marchés de capitaux africains en Afrique du Sud-Est, en mettant au point des structures de titres de créance pour des émetteurs en Uganda, au Kenya, en Zambie, au Malawi et en Tanzanie. En outre, il a structuré des facilités de commerce et de projet pour plus de 6 milliards USD pour les différents clients de Loita dans la région.

M. Chinyanta est le vice-président exécutif du chapitre d'Afrique australe de l'Africa Business Roundtable (ABR) et au cours des dix dernières années, il a fait partie de la liste d'experts de l'Institut des Nations Unies pour la formation et la recherche pour les programmes de gestion et de négociation de la dette et des finances. 

Parlez-nous de votre entreprise.

Loita est une banque d'investissement panafricaine de premier plan qui a toujours été à la pointe du conseil, de la structuration et de l'émission de billets de trésorerie et d'obligations pour des emprunteurs du secteur privé en Afrique.

Fondé en 1992 par moi-même et un groupe de banquiers internationaux originaires du Kenya, le groupe Loita s'est depuis développé pour devenir un groupe panafricain unique, dont le siège est à l'île Maurice, avec une équipe dédiée de professionnels du monde entier. En 2005 et 2006, Loita a été élu par le magazine Africa Investor comme le meilleur cabinet de conseil financier en Afrique.

Que peuvent faire les gouvernements Africains, individuellement et conjointement, pour élever le secteur privé du continent?

S'écarter et réduire 'l'effet d'encombrement' des emprunts auprès du secteur privé par l'émission perpétuelle de bons et d'obligations du Trésor pour financer les déficits.

L'African Business Roundtable, dont vous êtes membre, a conclu plusieurs partenariats stratégiques et forgé des alliances utiles au fil des ans, toujours au profit du secteur privé africain. Que pouvons-nous attendre à l'avenir?

Des partenariats accrus, notamment avec les banques multilatérales panafricaines telles que la BAD, Afreximbank, TDB et AFC. Envisager également des partenariats avec des institutions de rehaussement de crédit telles que Guarantco, Africa Guarantee Fund et Africa Trade Insurance pour aider à dérisquer les projets et les débiteurs dans le secteur privé.

Depuis la création de l'ABR il y a 32 ans, beaucoup de choses ont changé dans le monde. La technologie a transformé la façon dont tout est fait. Comment la table ronde reste-t-elle au fait de ces changements perturbateurs?

Pas assez bien. Il faudrait mettre davantage l'accent sur les partenariats avec les acteurs clés et les moteurs de la technologie numérique, tels que les opérateurs de télécommunications (Safaricom, MTN, Orange, etc.) Il est également crucial d'exposer les membres à des plates-formes KYC telles que Mansa de l'Afreximbank, ce que l'ABR fait très bien.

Selon vous, dans quelle mesure l'Afrique est-elle prête à devenir une économie de la connaissance?

Certains pays Africains sont mieux préparés que d'autres. Le Kenya (et l'île Maurice à un certain degré) est à la tête de l'Afrique et du monde à cet égard et les meilleures pratiques pourraient être adoptées à partir de là pour le continent.

Y a-t-il, ou y aura-t-il des sièges au conseil d'administration pour les jeunes à l'ABR?

Il s'agit d'un impératif. Compte tenu des statistiques effroyables sur le chômage des jeunes en Afrique et du fait que l'avenir appartient aux jeunes, nous devons trouver des moyens de les intégrer aux niveaux les plus élevés de la gouvernance du ABR, y compris au conseil d'administration.

www.loita.com

À propos de l'African Business Roundtable

La Groupe de la Banque africaine de développement  a créé l'African Business Roundtable en 1990. L'African Business Roundtable est la principale association d'entreprises et de chefs d'entreprise à l'échelle du continent Africain. Organisation indépendante, non partisane et à but non lucratif financée par le secteur privé, L'African Business Roundtable est une ONG dotée du statut consultatif spécial auprès du Conseil économique et social des Nations Unies (ECOSOC) et est la seule organisation représentant le secteur privé Africain au sein de ÉCOSOC.

Lisez d'autres entretiens avec des membres de l'organisation African Business Roundtable:

[Interview] Dr. Mima Nedelcovych, Président, AfricaGlobal Schaffer

[Interview] Dr. Thomas W. Laryea, Conseiller Juridique, Orrick, USA

[Interview] Mahad Ahmed, Fondateur, AME Trade, Royaume-Uni