[Interview] Mahad Ahmed, Fondateur, AME Trade, Royaume-Uni
29-07-2022 11:28:00 | by: Pascaline Icyizere | hits: 1314 | Tags:

 Read this article here in English

Mahad Ahmed est fondateur et PDG d'Ame Trade Limited. Il est également membre de l'African Business Roundtable et un expert reconnu dans les secteurs du conseil et des services événementiels.

Veuillez nous parler de votre entreprise.

AME Trade Ltd a été fondée en 2006 dans le but spécifique de créer des événements B2B de qualité spécifiques au pays et à l'industrie et des services de marketing de connexion numérique. Nous sommes une entreprise indépendante de premier plan qui renforce le développement du commerce et les investissements grâce à l'organisation de conférences et d'événements commerciaux, ainsi que de précieux rapports complémentaires sur l'intelligence économique, des programmes de formation au renforcement des capacités et des services de marketing de connexion numérique sur les marchés émergents Africains.

Avec plus de 20 ans d'expérience, nous nous sommes imposés comme l'un des principaux organisateurs de conférences et d'expositions dans 29 pays africains, dans les secteurs des mines, de l'énergie, de la finance et du pétrole et du gaz, nous avons des bureaux de représentation et de partenariat à Dakar, Doula, Johannesburg, Abuja, Luanda entre autres,

Nous avons la chance de collaborer et de nous associer avec certains des principaux experts de l'industrie, des institutions de développement financier et des acteurs du secteur public à travers le continent, ainsi que des PME locales pour nos événements.

Avec la compréhension que vous avez de la structure du commerce et des investissements en Afrique, comment prédisez-vous que l'AfCFTA affectera la prospérité du continent 

Nous interagissons avec un certain nombre de parties prenantes de diverses industries, des secteurs minier aux secteurs de l'énergie et de la finance, dans presque tous les pays, conformément aux conditions mondiales. Nous constatons un ralentissement de la croissance et des investissements étrangers en raison de la pandémie et maintenant de la guerre en Ukraine. Cependant, il existe bien sûr des opportunités toujours incertaines, et nous constatons maintenant un appétit significatif pour accélérer les investissements dans le GNL sur plusieurs marchés. Nous croyons fermement que l'AfCFTA change la donne en faisant progresser et en accélérant l'intégration économique sur le continent, en facilitant l'ajout de valeur localement et en facilitant l'accès à l'ensemble des marchés Africains.

Les femmes d'affaires en Afrique. Quel chemin a-t-il parcouru au cours des dernières décennies et à quelle évolution peut-on s'attendre dans un avenir proche?

Je ne suis pas sûr qu'en tant qu'homme, je sois qualifié pour répondre à cette question, mais sur la base de mon expérience en Afrique, les femmes possèdent et exploitent toutes sortes d'entreprises tout au long de la chaîne de valeur dans les secteurs dans lesquels nous opérons. Il serait juste de dire au cours de la dernière décennie cela a augmenté et continuera d'augmenter, j'en suis certain.

Que peuvent faire les gouvernements africains, individuellement et conjointement, pour élever le secteur privé du continent?

Je pense que pour être juste, beaucoup a été fait aux niveaux national et régional. Bien sûr, il y a toujours place à l'amélioration ; peut-être une recommandation ou une suggestion que je peux faire est que les communautés économiques régionales telles que la CEDEAO/SADC jouent un rôle plus actif dans l'intégration d'organisations telles que la Table ronde des entreprises africaines dans leurs plans stratégiques afin de faciliter et d'aider à répondre à diverses exigences de renforcement des capacités.

Dans quelle mesure l'Afrique est-elle préparée à devenir une économie du savoir?

Je crois que l'Afrique est mieux préparée que la plupart ne le pensent. Si vous regardez ce qui se passe à Nairobi, Lagos, Cape Town et d'autres villes, l'émergence d'une jeunesse bien informée et éduquée est vraiment inspirante. Avec autant de pôles technologiques, une fois de plus, la jeunesse est le principal moteur et constitue essentiellement le dividende démographique. Certes, les établissements d'enseignement supérieur ont un rôle majeur à jouer et nous avons la chance d'avoir de véritables universités.

Quel est l'aspect le plus gratifiant d'être membre de l'African Business Roundtable?

En tant que PME membre de l'ABR et dans notre ligne de travail, avoir accès à des professionnels partageant les mêmes idées de différents pays d'Afrique est essentiel, ainsi que l'accès aux institutions régionales et internationales.

Y a-t-il des sièges au conseil d'administration de l'African Business Roundtable pour les jeunes ?

Personnellement, je pense que nous devons tous nous adapter et évoluer avec le temps, et l'implication de jeunes professionnels a toujours donné de bons résultats. Cependant, la direction de l'ABR est la mieux placée pour répondre à cette question. Pas sûr qu'à 43 ans je puisse être considéré comme un jeune :)

Quelles sont les dernières nouvelles d'AME Trade?

Nous sommes en train de rebondir après la pandémie et de reprendre les événements en face à face à travers le continent. À ce jour, nous avons organisé 4 sommets de haut niveau auxquels ont participé de grandes marques internationales et des chefs d'État/présidents dans quatre pays différents. Nous étions à Niamey au Niger en février pour un événement minier et énergétique de la CEDEAO, puis en mai à Luanda pour le 8ème congrès Africa Petroleum avec l'APPO. En juin, nous avons organisé la 8e édition du Mozambique pour notre événement phare sur les mines et l'énergie et ce mois de juillet, nous avons conclu la 5e édition de notre sommet sur les pensions et les investissements à Maurice.

Pour le second semestre, nous sommes à Dakar pour notre salon de l'habitat et de l'immobilier Sen habitat, puis à Marrakech pour la 13ème édition du sommet Africa PPP, suivi du plus grand événement minier d'Afrique de l'Ouest Symposium Mines Guinée, et enfin au Congo Brazaville pour la 5ème édition de Congo Energy conference & Expo. C'est une année très chargée pour nous.

www.ametrade.org

À propos de l'African Business Roundtable

La Groupe de la Banque africaine de développement  a créé l'African Business Roundtable en 1990. L'African Business Roundtable est la principale association d'entreprises et de chefs d'entreprise à l'échelle du continent Africain. Organisation indépendante, non partisane et à but non lucratif financée par le secteur privé, L'African Business Roundtable est une ONG dotée du statut consultatif spécial auprès du Conseil économique et social des Nations Unies (ECOSOC) et est la seule organisation représentant le secteur privé Africain au sein de ÉCOSOC.

 

Lire plus d'entretiens avec des membres de l'organisation African Business Roundtable:

[Interview] Dr. Mima Nedelcovych, Président, AfricaGlobal Schaffer

[Interview] Dr. Thomas W. Laryea, Conseiller Juridique, Orrick, USA