[Interview] Dr. Mima Nedelcovych, Président, AfricaGlobal Schaffer
18-08-2022 12:18:00 | by: Marlene Mutimawase | hits: 3378 | Tags:

Read this article here in English

Mima Nedelcovych est le fondateur et le président d'AfricaGlobal Schaffer, une société de conseil stratégique spécialisée dans le développement de projets, le financement de projets, la facilitation du commerce et les partenariats public-privé dans les pays en développement, et plus particulièrement en Afrique.

M. Nedelcovych a servi dans l'administration du président George Bush de 1989 à 1993 en tant qu'administrateur américain auprès de la Banque africaine de développement (BAD) à Abidjan, en Côte d'Ivoire. Il a joué un rôle déterminant dans la formulation et l'exécution de ''l'initiative du secteur privé" à la BAD, notamment l' African Business Roundtable et la Banque Africaine d'Import-Export (AFREXIMBANK).

Parlez-nous de votre entreprise.

La partie Schaffer de la société, basée en Louisiane, a commencé à opérer en Afrique dans les années 60, principalement en tant que groupe d'ingénierie soutenant le développement de la canne à sucre et des rizeries. J'ai rejoint la société en tant que partenaire au milieu des années 90 après avoir été directeur exécutif américain de la Banque africaine de développement. Nous avons créé AfricaGlobal en 1999, basée à Washington, DC, en tant que branche interne de Schaffer pour le développement de projets et la structuration financière, et les deux sociétés ont fonctionné en parallèle pendant près de 20 ans.

Lorsque nous les avons fusionnées en 2018, j'ai repris le poste de président. Nous avons exécuté des centaines de projets et d'investissements réussis à travers le continent africain, axés sur l'agroalimentaire, les infrastructures connexes et les énergies renouvelables, en particulier le solaire et la biomasse.

Avec l'aperçu que vous avez de la disposition du commerce et de l'investissement sur le continent, comment diriez-vous que l'AfCTA a un impact sur l'économie africaine?

L'AfCFTA crée des marchés plus vastes pour permettre à nos installations agroalimentaires et à notre production d'électricité d'être compétitives à l'échelle mondiale, ce qui permet non seulement de nourrir l'Afrique, mais aussi d'exporter dans la région et dans le monde entier grâce à nos investissements accrus.

Que peuvent faire les gouvernements africains, individuellement et conjointement, pour renforcer le secteur privé du continent?

En termes simples, ils peuvent faire ce que font les gouvernements des pays développés, c'est-à-dire soutenir la croissance de leurs propres secteurs privés en apportant des investissements publics parallèles et des politiques favorables aux entreprises afin de stimuler et d'encourager la croissance de leurs secteurs privés.

Ils devraient également revoir leur stratégie politique. Les politiques gouvernementales doivent être orientées vers le soutien de la valeur ajoutée aux matières premières et non vers l'exportation de matières premières sans valeur ajoutée, et pour cela, la clé est de garantir l'infrastructure physique requise, principalement l'électricité, les routes et la logistique, ET des politiques qui encouragent la substitution des importations. Les secteurs privés des économies développées ne sont pas devenus ce qu'ils sont aujourd'hui sans le soutien direct et l'aide de leurs gouvernements!

Vous êtes membre de l'African Business Roundtable. Quel est l'aspect le plus gratifiant de votre appartenance à cette organisation?

Ayant été tellement en avance sur la courbe avec la mission visionnaire de Babacar Ndiaye, l'ABR doit maintenant garder une longueur d'avance sur les entreprises africaines à croissance rapide et fournir cette voix unie, en particulier lorsqu'elle traite avec les gouvernements.

L'ABR a conclu plusieurs partenariats stratégiques et forgé des alliances utiles au fil des ans, toujours au profit du secteur privé africain. Que pouvons-nous attendre de l'avenir?

L'ABR doit assumer son rôle de leader en tant que première organisation commerciale continentale du continent africain. Elle a été fondée bien avant son temps, lorsque le secteur privé d'origine africaine en était à ses débuts. Aujourd'hui, les entreprises nées et créées en Afrique sont matures et capables de faire des affaires entre elles et avec le reste du monde. Nous avons les matières premières que le monde recherche, alors parlons affaires, mais seulement celles à valeur ajoutée!

Y a-t-il, ou y aura-t-il des sièges au conseil d'administration pour les jeunes à l'ABR?

Les jeunes sont l'avenir, donc la réponse simple est qu'il doit y avoir des jeunes entrepreneurs au conseil d'administration!

Quelles sont les dernières nouvelles d'AfricaGlobal Schaffer?

Avec nos partenaires de Sun Africa, nous venons de signer un accord commercial avec le gouvernement angolais pour mettre en place 800 MW supplémentaires d'énergie solaire et d'infrastructures de soutien en Angola avec un financement de l'US Eximbank. Nous avons presque terminé la construction de 370 MW d'énergie solaire dans le cadre d'un précédent projet financé par l'agence suédoise de crédit à l'exportation, à une époque où l'US Eximbank était fermée pour les grands projets.

www.africaglobal.com 

À propos de l'African Business Roundtable

La Groupe de la Banque africaine de développement  a créé l'African Business Roundtable en 1990. L'African Business Roundtable est la principale association d'entreprises et de chefs d'entreprise à l'échelle du continent Africain. Organisation indépendante, non partisane et à but non lucratif financée par le secteur privé, L'African Business Roundtable est une ONG dotée du statut consultatif spécial auprès du Conseil économique et social des Nations Unies (ECOSOC) et est la seule organisation représentant le secteur privé Africain au sein de ÉCOSOC.

 

Lire plus d'entretiens avec des membres de l'organisation African Business Roundtable:

[Interview] Mahad Ahmed, Fondateur, AME Trade, Royaume-Uni

[Interview] Dr. Thomas W. Laryea, Conseiller Juridique, Orrick, USA