[Interview] Dr. Thomas W. Laryea, Conseiller Juridique, Orrick, USA
11-08-2022 11:45:00 | by: Marlene Mutimawase | hits: 1741 | Tags:

 Read this article here in English

Thomas Laryea est un avocat international spécialisé dans la restructuration de la dette souveraine à l'échelle mondiale et dans le financement et l'investissement en Afrique. Également membre de la prestigieuse organisation The African Business Roundtable, M. Laryea offre un aperçu des structures économiques publiques et privées en Afrique et dans le monde.

Parlez-nous de votre entreprise?

Orrick, Herrington & Sutcliffe ("Orrick") est un cabinet d'avocats international. Nous nous concentrons sur les secteurs de la technologie et de l'innovation, de l'énergie et des infrastructures, ainsi que de la finance, à l'échelle mondiale. Ces secteurs ont un lien étroit avec le développement et la croissance du continent africain. Des clients du monde entier font appel à nos équipes pour obtenir des conseils commerciaux prospectifs sur des transactions, des litiges et des questions de conformité. Nous nous distinguons par la qualité, le travail d'équipe et la valeur que nous apportons - et nous innovons dans tout ce que nous faisons.

Je suis spécialisée dans la finance internationale, y compris l'émission et la restructuration de la dette souveraine, et je représente souvent des gouvernements africains ou leurs investisseurs dans leurs affaires de finance internationale.

Avec la perception que vous avez, que diraient les gouvernements africains, individuellement et conjointement, pour élever le secteur privé du continent?

La période actuelle est difficile sur le plan économique pour de nombreux gouvernements africains. Les pertes de revenus subies au plus fort de la pandémie de Covid, l'inflation élevée, y compris dans les prix des denrées alimentaires, et l'augmentation du coût des emprunts indiquent des perspectives économiques très difficiles. Alors que de nombreux pays africains devront compter sur un financement supplémentaire de la part des institutions financières multilatérales, telles que le FMI, la Banque mondiale, la Banque africaine de développement, afin de surmonter les contraintes financières à moyen terme, il est important que les pays africains ne se laissent pas endormir par une dépendance à l'égard de ces sources de financement.

Ils doivent maintenir ou retrouver l'accès aux sources de financement privé dès que possible, ce qui, en plus de compléter les sources de financement des gouvernements, fournira des sources de financement supplémentaires aux entreprises nationales solvables dont la croissance sera essentielle à la création d'emplois et à l'autonomisation économique dont notre continent a besoin.

Dans quelle mesure l'Afrique est-elle prête à devenir une économie de la connaissance?

À mon avis, la question est mal posée dans la mesure où le continent africain compte de nombreux pays aux économies divergentes. Par conséquent, on ne peut pas répondre à cette question pour l'Afrique dans son ensemble. Il y a des économies africaines, comme le Rwanda et l'Afrique du Sud, qui ont mis l'accent sur la croissance du secteur des services de leurs économies. Cette croissance dépend fortement de la qualité et du contenu des systèmes éducatifs des pays concernés. À cet égard, nous avons besoin d'investissements plus importants et mieux centrés sur les compétences dans nos systèmes éducatifs afin de faire progresser nos économies africaines dans les services basés sur la connaissance.

L'African Business Roundtable a conclu plusieurs partenariats stratégiques et forgé des alliances utiles au fil des ans, toujours au profit du secteur privé africain. Que pouvons-nous attendre de l'avenir?

Le secrétariat et la direction de l'ABR doivent être félicités pour les partenariats stratégiques qu'ils ont conclus avec des institutions telles qu'Afreximbank et AfroChampions. Je considère, cependant, que ces alliances sont sous-exploitées pour le bénéfice des membres de l'ABR. La RBA est un "géant endormi", de la même manière que les économies africaines ont des performances bien inférieures à leur potentiel, en grande partie pour des raisons structurelles. J'encourage l'ABR à se concentrer sur l'optimisation des partenariats et alliances actuels, dans le cadre d'une revitalisation stratégique de l'organisation avant d'envisager de nouveaux partenariats/alliances.

Beaucoup de choses ont changé dans le monde depuis la création de l'ABR il y a 32 ans. La technologie a transformé la façon dont tout est fait. Comment la table ronde reste-t-elle au fait de ces changements perturbateurs?

Ces changements dits perturbateurs peuvent être des opportunités d'innovation et de croissance. La RAB peut faire mieux en tirant parti de l'expertise de cabinets, tels qu'Orrick, dont le travail quotidien lié aux clients implique des idées transversales sur la façon dont les développements technologiques peuvent créer des opportunités de marché supplémentaires.

Quel est l'aspect le plus gratifiant d'être membre de l'African Business Roundtable?

Je reste associé à l'ABR parce que j'ai un profond respect pour ceux qui ont lancé l'ABR et qui l'ont soutenue au fil des ans. Je continue de croire au fort potentiel de cette organisation pour contribuer à la transformation de la croissance du secteur privé sur notre continent. Mais pour réaliser ce potentiel, l'ABR devra changer radicalement son modèle et donner suite aux initiatives organisationnelles qui ont été bloquées.

Y a-t-il, ou y aura-t-il des sièges au conseil d'administration de l'ABR pour les jeunes?

Il est impératif que l'ABR fournisse des sièges à son conseil d'administration pour les jeunes professionnels, qui peuvent mieux informer la pensée et les pratiques de l'ABR pour l'avenir. Cependant, le terme "jeunes" dans cette question peut être ambigu s'il s'agit de personnes âgées de moins de 18 ans. En tant qu'association professionnelle d'entreprises, je pense que l'ABR devrait conserver de manière cohérente sa caractéristique professionnelle d'entreprise dans l'ensemble des membres de son conseil d'administration. Par conséquent, je ne serais pas favorable à ce que le conseil d'administration de l'ABR inclue des sièges pour les "jeunes" dans le seul but de les inclure.

www.orrick.com

À propos de l'African Business Roundtable

La Groupe de la Banque africaine de développement  a créé l'African Business Roundtable en 1990. L'African Business Roundtable est la principale association d'entreprises et de chefs d'entreprise à l'échelle du continent Africain. Organisation indépendante, non partisane et à but non lucratif financée par le secteur privé, L'African Business Roundtable est une ONG dotée du statut consultatif spécial auprès du Conseil économique et social des Nations Unies (ECOSOC) et est la seule organisation représentant le secteur privé Africain au sein de ÉCOSOC.

 

Lire plus d'entretiens avec des membres de l'organisation African Business Roundtable:

[Interview] Mahad Ahmed, Fondateur, AME Trade, Royaume-Uni

[Interview] Dr. Mima Nedelcovych, Président, AfricaGlobal Schaffer