[Interview] Dr. Mohamed El Sahili, PDG, Hôpital Medland, Zambie
05-09-2022 12:43:00 | by: Marlene Mutimawase | hits: 2182 | Tags:

 Read this article here in English

Dr Mohamed El Sahili est le Directeur Général de l'hôpital Medland, en Zambie. En tant que médecin et entrepreneur, Dr Sahili siège également au conseil d'administration d'organisations économiques internationales clés, telles que l'African Business Roundtable, la Chambre de commerce américaine de Zambie, l'Olympic Youth Development Center et l'Africa CEO Forum.

Parlez-nous de l'hôpital Medland et de la façon dont vous en êtes devenu le dirigeant.

Dès mon plus jeune âge, j'ai toujours su que je voulais être médecin. J'envisageais de faire une différence dans la vie des gens en leur donnant accès à des soins de santé abordables, rapides et de qualité. Aujourd'hui, cette vision est devenue une réalité grâce à l'hôpital Medland. Situé à Lusaka, en Zambie, le Medland Hospital est un établissement de santé privé qui se consacre à l'accès à des soins complets et individualisés pour les patients dans un environnement convivial, sûr et confortable, répondant aux normes internationales et fondé sur les principes de collaboration, de compassion et d'innovation. L'hôpital propose également des services de tourisme médical et des services cliniques spécialisés tels que la cardiologie et la cardiologie interventionnelle, la chirurgie cardiothoracique, la clinique de bien-être pour femmes, la chirurgie plastique, l'orthopédie et les cliniques d'oto-rhino-laryngologie (ORL). Nous disposons également de cliniques mobiles Q-Medland situées à Livingstone, en Zambie, au Sandy's Creation Resort et à l'Avani Victoria Falls Resort, qui proposent des services de dépistage, de test et de vaccination Covid-19.

L'Afrique n'est pas réputée pour sa facilité à faire des affaires. D'après votre expérience, comment pensez-vous que l'AfCFTA puisse améliorer ce statu quo, par exemple en Zambie?

La ratification de l'AfCFTA pour le commerce et les investissements transfrontaliers a créé un environnement propice à la transformation économique par le biais d'informations solides sur le marché et d'autres incitations pour renforcer les entreprises locales. Dans le contexte de la Zambie, les principaux moteurs de la croissance économique peuvent être attribués à l'approfondissement de l'engagement des secteurs privé et public et à l'engagement sur des investissements à long terme dans le commerce et l'autonomisation des femmes et des jeunes dans la société.

Grâce à l'AfCFTA, la Zambie a pu identifier et soutenir les propriétaires de petites entreprises, dont la plupart sont des femmes et des jeunes. Avec une augmentation de la reprise continue de l'agriculture, soutenue par une demande accrue de cuivre, de produits manufacturés et de tourisme, je pense que davantage d'opportunités de marché et d'investissement sont attendues pour augmenter la croissance exponentielle en raison des ressources disponibles dans le pays.

Quelles politiques gouvernementales peuvent être mises en œuvre pour que les industries locales prospèrent en Zambie?

Avec des développements positifs tels que la reprise du secteur manufacturier en ce qui concerne l'augmentation de la demande internationale et l'augmentation du prix du cuivre, le gouvernement peut envisager de réduire le coût unitaire de production et des transactions qui peuvent aider à renforcer et à développer de nouvelles chaînes d'approvisionnement et de valeur. Le monde est plus numérisé que jamais, donc les politiques qui favorisent l'accès aux produits et services TIC vont promouvoir les innovations et la recherche locales pour la croissance économique. L'examen et la mise à jour des lois sur la localisation, la protection et la propriété intellectuelle des données est une question d'actualité qui pourrait nécessiter une attention immédiate au vu de l'augmentation des cas de violation de la cybersécurité en Zambie.

Les femmes dans les affaires en Afrique. Quel chemin a été parcouru au fil des ans et quelle évolution peut-on attendre dans les années à venir?

Actuellement, les femmes d'affaires en Afrique sont bien mieux placées par rapport aux années précédentes. Dans le passé, les femmes ont été lésées en raison du manque de capitaux et des inhibitions socioculturelles. Cependant, l'esprit d'entreprise des femmes continue de s'épanouir grâce aux interventions des gouvernements qui appliquent et mettent en œuvre des règles et des réglementations favorables, qui fournissent des facilités de crédit, des incitations et l'autonomisation des femmes. Les femmes et les jeunes filles de notre société acquièrent constamment des compétences financières et de vie qui les aident à prendre des décisions plus éclairées sur leur vie, leur carrière et leurs choix financiers. Personnellement, je crois qu'il faut donner aux femmes les moyens d'être la meilleure version d'elles-mêmes, même dans l'entreprenariat. Les femmes prouvent constamment que lorsqu'elles sont dotées de connaissances et de compétences, elles peuvent elles aussi faire la différence dans l'économie.

Grâce à des investissements constants dans les entreprises et les programmes économiques dirigés par des femmes, l'entrepreneuriat féminin sera une pratique courante en Afrique à l'avenir.

Dans quelle mesure l'Afrique est-elle prête à devenir une économie de la connaissance?

Pour devenir une économie de la connaissance, il faut investir dans la recherche et l'appliquer pour faire progresser la croissance économique. L'Afrique est déjà en train de devenir une économie de la connaissance. Avec l'émergence de nouvelles plates-formes éducatives, le transfert de compétences et les innovations chez les jeunes, il est évident que l'accès au monde numérique est la première étape pour parvenir pleinement à une économie de la connaissance. L'Afrique regorge de talents bruts et inexploités. Prenez l'exemple du Rwanda, qui abrite l'une des plus grandes universités technologiques d'Afrique, le College of Science and Technology de l'Université du Rwanda. Ou encore les pôles technologiques africains et les incubateurs d'entreprises tels que le iHub à Nairobi, le CTIC à Dakar et le Bandwidth Barn au Cap. Tous ces sites nourrissent les jeunes talents et les idées innovantes. La croissance de l'Afrique en tant qu'économie de la connaissance est en constante progression grâce au soutien du gouvernement et aux investissements du secteur privé dans l'accès à l'internet et l'éducation technologique.

L'African Business Roundtable,dont vous êtes un membre fondateur, a conclu plusieurs partenariats stratégiques et forgé des alliances utiles au fil des anées, toujours au profit du secteur privé Africain. Que pouvons-nous attendre de l'avenir?

L'ABR prévoit de mettre en œuvre des objectifs stratégiques à court, moyen et long terme qui stimuleront la croissance et le développement de l'économie africaine. Grâce à des protocoles d'accord, des relations mutuelles et bénéfiques seront forgées pour conduire et développer des programmes centrés sur le renforcement des capacités des entreprises africaines indigènes dans le secteur privé afin qu'elles se développent dans l'espace économique africain. Ces entreprises africaines pourront partager leurs compétences, leur expertise et leurs connaissances sur la manière de fonctionner, de rechercher des opportunités et de développer leurs activités pour devenir des marques renommées en Afrique et dans le monde. Cela permettra d'entretenir des partenariats commerciaux transfrontaliers avec des entrepreneurs de toute l'Afrique, issus des pays émergents et en développement du continent. Grâce à ce partenariat stratégique, ABR sera en mesure de tirer parti de l'expertise, de la technologie et des ressources financières et non financières de ses partenaires africains et internationaux pour favoriser la croissance économique et le développement social du secteur privé Africain.

Depuis la création de l'organisation il y a 32 ans, beaucoup de choses ont changé dans le monde. La technologie a transformé la façon dont tout est fait. Comment l'ABR reste-t-elle au fait de ces changements perturbateurs?

La perturbation est inévitable dans les temps changeants, surtout maintenant que nous sommes confrontés à une pandémie mondiale et à une augmentation d'autres maladies virales qui, par défaut, exigent des organisations qu'elles soient fluides et qu'elles répondent au besoin constant de s'adapter à des environnements changeants, non seulement dans le domaine de la santé mais aussi sur le plan socio-économique. Alors que nous continuons à nous adapter aux nouveaux changements, la Table ronde a mis en place un changement de paradigme sur ses opérations, comme la tenue de réunions hybrides et/ou virtuelles. Elle cherche également à se rétablir en poussant à une croissance avant-gardiste et autonome en coopérant et collaborant avec des associations d'affaires panafricaines, continentales et/ou régionales pour construire et renforcer sa présence, sa pertinence et sa visibilité par pays.

Quel est l'aspect le plus gratifiant d'être un membre fondateur de l'African Business Roundtable?

Je pense que la chose la plus gratifiante en tant que membre fondateur est la diversité de la croissance et les étapes que l'Africa Business Roundtable a pu franchir jusqu'à présent. Si vous deviez parler à mon ancien moi des réalisations que nous avons faites aujourd'hui en tant qu'organisation, j'aurais pensé que vous aviez complètement perdu la tête. Prenez par exemple le Forum de partenariat international du Nigeria qui s'est tenu le 10 novembre 2021 en partenariat avec le gouvernement fédéral du Nigeria, le Millennium Club et l'African Business Roundtable. Lors de cet événement, nous avons élaboré des stratégies et tracé l'avenir du paysage économique mondial, exploré les opportunités commerciales et forgé des partenariats d'investissement internationaux avec l'Afrique.

Y a-t-il, ou y aura-t-il des sièges au conseil d'administration de l'ABR pour les jeunes professionnels?

Je dirais que les jeunes peuvent postuler pour devenir membre du conseil d'administration de l'African Business Roundtable. Dans toute l'Afrique, des jeunes occupent des sièges dans divers conseils d'administration, des postes gouvernementaux et même des sièges parlementaires. Dans mes interactions avec les jeunes, je leur conseille souvent de ne pas hésiter à postuler à ces postes. La seule limite survient lorsque les jeunes doutent de leurs propres capacités et hésitent à postuler à des postes de haut niveau. J'insiste toujours pour que l'on fasse preuve de diligence raisonnable en ce qui concerne les exigences et les critères requis pour toute opportunité de carrière, puis que l'on pose sa candidature et que l'on laisse le processus se dérouler comme prévu. On ne sait jamais, un membre de la jeune génération peut être sélectionné pour rejoindre le conseil d'administration ou même devenir président s'il possède l'expertise, répond aux exigences et s'engage.

Tout est possible!

Quelles sont les dernières nouvelles de l'hôpital Medland?

À l'Hôpital Medland, nous sommes toujours en train de faire quelque chose de nouveau et d'innovant et d'apprendre au fur et à mesure de notre croissance. Nous sommes un établissement de santé agréé pour la formation médicale et un centre reconnu de développement professionnel continu. Le Medland Hospital a récemment eu le privilège de participer à l'initiative Kumbuluka Kwa Bafana, dans le cadre de laquelle 500 enfants vulnérables des communautés et des orphelinats ont eu l'occasion de voler. Nous avons également réalisé avec succès des procédures chirurgicales inédites, ce qui montre notre capacité à réaliser des procédures chirurgicales spécialisées avec succès ici à Medland. Nous avons également installé un appareil d'échographie 4D dans notre service de diagnostic et d'imagerie et les services d'échographie 4D sont facilement accessibles. Ces exemples montrent que notre devise - #together_we_are_ready - c'est en quoi nous croyons vraiment. Notre Vision 853 est axée sur une structure Triple-W : Autonomisation des femmes et des jeunes, Bien-être et santé et Gestion de l'eau et des déchets. En ce qui concerne les soins de santé, notre approche consiste à passer d'une approche centrée sur le patient à une approche centrée sur la personne. Cette démarche s'inscrit dans le cadre de notre principal objectif Triple A, qui consiste à rendre les soins de santé abordables, accessibles et souples. Nos dernières nouvelles et mises à jour - voyez-les sur facebook et Instagram  - seront toujours le reflet de ce qui précède.

www.medlandhospital.com 

 

À propos de l'African Business Roundtable

La Groupe de la Banque africaine de développement  a créé l'African Business Roundtable en 1990. L'African Business Roundtable est la principale association d'entreprises et de chefs d'entreprise à l'échelle du continent Africain. Organisation indépendante, non partisane et à but non lucratif financée par le secteur privé, L'African Business Roundtable est une ONG dotée du statut consultatif spécial auprès du Conseil économique et social des Nations Unies (ECOSOC) et est la seule organisation représentant le secteur privé Africain au sein de ÉCOSOC.

 

Lisez d'autres entretiens avec des membres de l'organisation African Business Roundtable:

[Interview] Goodie M. Ibru, Fondateur, Ikeja Hotel, Nigeria

[Interview] N. Justin Chinyanta, Directeur Général et PDG, Loita Group

[Interview] Dr. Mima Nedelcovych, Président, AfricaGlobal Schaffer

[Interview] Dr. Thomas W. Laryea, Conseiller Juridique, Orrick, USA

[Interview] Mahad Ahmed, Fondateur, AME Trade, Royaume-Uni