Secteur privé pourrait permettre de stimuler la croissance et créer plus d’emplois au Cameroun,Banque Mondiale
08-12-2022 11:21:00 | by: Marlene Mutimawase | hits: 2168 | Tags:

Selon un nouveau rapport publié par IFC et la Banque mondiale, le Cameroun pourrait créer de nouvelles sources de croissance économique et stimuler son développement en renforçant la participation du secteur privé dans son économie, notamment dans les secteurs du transport et des banques, en diversifiant son secteur agro-industriel et en saisissant les opportunités offertes par l'urbanisation.

Le rapport, « Diagnostic du secteur privé (CPSD) du Cameroun », passe au crible les défis et les opportunités liés au développement du secteur privé au Cameroun et propose une feuille de route visant à permettre au pays de créer un environnement plus propice à la croissance, à l'investissement et à la création d'emplois.

Le rapport est en phase avec la Stratégie nationale de développement 2021-2030 (SND30) du Cameroun qui vise à faire du secteur privé le principal moteur de la croissance économique du pays.

Le CPSD souligne notamment la nécessité pour le Cameroun de réduire le poids du secteur public dans l'économie afin d'accroître l'investissement privé et la productivité. Le rapport recommande également au pays de diversifier son secteur agricole, notamment en développant la production de cacao, d'huile de palme et de bananes.

La publication de ce rapport intervient au moment où le Cameroun se remet des effets de la pandémie de COVID-19 tout en faisant face à de nouveaux défis, notamment la hausse de l'inflation et la flambée des prix des denrées alimentaires.

« Le Cameroun aspire à l'émergence et à la prospérité à l'horizon 2035. La concrétisation de cette vision ambitieuse nécessitera un changement de paradigme afin de renforcer l'implication des investisseurs privés, aussi bien nationaux qu'étrangers. C'est ce que prévoit déjà la Stratégie nationale de développement 2021-2030 dont l'objectif est de faire du secteur privé le moteur de la création d'emplois et de la transformation économique. Le CPSD contribuera à accélérer cette transformation », souligne Abdoulaye Seck, directeur des opérations de la Banque mondiale pour le Cameroun.

« Un secteur privé plus fort aidera le Cameroun à mieux exploiter ses ressources naturelles et à offrir davantage de perspectives économiques à sa population en pleine croissance, précise Sylvain Kakou, représentant régional d'IFC pour le Cameroun. Le CPSD a pour but d'aider à redéfinir le modèle économique du pays. Cela passera par la mise en œuvre de réformes visant à créer un climat d'affaires favorable, par le renforcement des investissements et par la création de marchés résilients. »

Le rapport note par ailleurs que, combiné à des mesures politiques adaptées, le renforcement des investissements privés dans l'éducation, la construction, l'immobilier, l'économie numérique et le commerce favorisera la croissance et le développement dans les grandes villes camerounaises, en pleine expansion et où sera créée une grande partie de la richesse future du pays.

La stratégie du Groupe de la Banque mondiale pour le Cameroun, qui est en phase avec les conclusions du CPSD, entend contribuer à améliorer l'infrastructure numérique, à soutenir les chaînes de valeur nationales, notamment dans le secteur agricole, à améliorer l'accès des micro, petites et moyennes entreprises au financement et à répondre aux besoins en infrastructures d'une population de plus en plus urbaine.

Les Diagnostics du secteur privé (CPSD) sont une initiative du Groupe de la Banque mondiale visant à identifier, dans un pays donné, les secteurs dans lesquels les solutions du secteur privé sont en mesure de créer ou d'élargir des marchés et d'accroître sensiblement l'impact sur le développement.

Chaque CPSD dresse un état des lieux de la situation du secteur privé, recense les opportunités à court terme pour une participation accrue du secteur privé et formule des recommandations de réformes et de mesures susceptibles de mobiliser l'investissement privé et d'apporter des solutions aux principaux défis du développement.

L'examen de secteurs spécifiques, mené avec l'aide des équipes du Groupe de la Banque mondiale et de partenaires extérieurs, fournit des informations précieuses sur les défis et les opportunités pour une plus grande participation du secteur privé dans la réalisation des objectifs de développement. En étudiant les obstacles à l'échelle de l'économie et des secteurs concernés, cet exercice contribue à établir une base d'analyse commune pour orienter le dialogue sur l'action à mener et guider la réalisation d'investissements privés porteurs de transformations.

L'analyse et les recommandations du CPSD viennent nourrir l'ensemble du processus de collaboration du Groupe de la Banque mondiale avec les pays, en servant de référence aux stratégies-pays d'IFC, aux diagnostics-pays systématiques et aux cadres de partenariat-pays du Groupe de la Banque mondiale, ainsi qu'aux activités de prêt et de conseil. 

www.banquemondiale.org