Le Burkina Faso inaugure sa première usine de fabrication de médicaments génériques
29-08-2022 12:21:00 | by: Marlene Mutimawase | hits: 2778 | Tags:

C'est une infrastructure imposante et des installations modernes qui accueillent les visiteurs de Propharm. De ce joyau en finition sortiront bientôt des médicaments en comprimés et en gélules made in Burkina.

Propharm c'est à terme un investissement de plus de 7 milliards et environ 120 emplois directs à créer. Pour cette première phase, les promoteurs ont investi plus de 4 milliards de FCFA et plus de 60 emplois directs.

Le gouvernement accompagne ce fleuron de l'industrie pharmaceutique avec des exonérations fiscales de porte et intérieur sur 5 ans estimées à environ 7 milliards de FCFA, conformément au code des investissements.

Le Directeur général de Propharm, Dr Armel Coeffé a expliqué au MCIA, le processus de fabrication des gélules et des comprimés qui sortiront de l'usine en fin août.

Le ministre Harouna Kaboré a félicité les promoteurs de ces unités industrielles qu'il a visité ce jour. Pour lui ce sont des initiatives qui vont permettre un développement économique inclusif du Burkina à travers la création d'emplois et de richesses et l'industrialisation de notre pays conformément à la Stratégie nationale d'industrialisation.

Ces dernières années, certaines initiatives publiques et privées, comme l'usine Propham, ont été lancées pour réduire la dépendance des pays africains vis-à-vis des produits pharmaceutiques importés. En 2020, par exemple, en pleine période de covid-19, Madagascar a inauguré une usine pharmaceutique produisant des médicaments, des remèdes et des compléments alimentaires basés sur la médecine traditionnelle malgache.

Outre ces initiatives nationales, une initiative continentale, l'Agence africaine des médicaments (AMA), a été créée pour faciliter "l'accès des patients aux médicaments" en augmentant "l'accès à des médicaments nouveaux, efficaces, sûrs et de qualité grâce à l'harmonisation des exigences réglementaires qui se traduit par des processus d'examen plus rapides et plus simples"

Ce faisant, elle espère contribuer à "un approvisionnement ininterrompu en médicaments de qualité grâce à des procédures de gestion du cycle de vie prévisibles et transparentes" et éviter "l'exposition des patients à des médicaments de qualité inférieure et falsifiés grâce à une surveillance accrue du marché transfrontalier et à un partage coordonné des informations"

Si ce rythme est maintenu, assurément le Burkina sera un pays industrialisé à l'horizon 2023.

www.commerce.gov.bf