[chronique] Marlene Mutimawase: Hausse des prix des produits alimentaires, une grande pression pour les PMEs
19-09-2022 08:53:00 | by: Marlene Mutimawase | hits: 2613 | Tags:

Ce n'est pas la première fois que le monde est confronté à la menace d'une faim et d'une famine massives suite à une flambée des prix alimentaires. En 2007-2008 et en 2010-2011, les prix des aliments ont soudainement augmenté après une interruption de trois décennies où les prix des aliments étaient stables et bas. 

La cascade d'événements mondiaux des années 2020 semble ne pas avoir de fin en vue. La pandémie unique en son genre (COVID-19) a été suivie par l'invasion destructrice de la Russie en Ukraine, de fortes pressions inflationnistes dans le monde entier liées, de manière inquiétante, à une flambée des prix mondiaux des aliments et de l'énergie.

Ces derniers mois, les prix des denrées alimentaires ont fait l'objet d'une série de titres alarmants : si l'indice mondial des prix des denrées alimentaires de l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) est désormais en baisse, il reste supérieur de 23 % à sa valeur d'il y a un an, en raison des fortes augmentations annuelles des prix des céréales et de l'huile végétale, ainsi que des produits laitiers.

Parallèlement, les prix des intrants agricoles (énergie, aliments pour animaux et engrais, par exemple) ont également augmenté - et à des taux encore plus élevés que les prix des denrées alimentaires. Ces tendances ont commencé avant 2022, mais l'invasion russe de l'Ukraine a ajouté une pression supplémentaire à la hausse sur les prix, car l'Ukraine, la Russie et le Belarus sont collectivement de grands producteurs de blé, de maïs, d'huile de tournesol, de gaz naturel et d'engrais.

Il est difficile de surmonter ces pics et cette volatilité, même pour les pays riches et les grandes entreprises. Alors comment les petites et moyennes entreprises (PME) - qui constituent l'essentiel du système alimentaire dans les pays à revenu faible ou intermédiaire - font-elles face à ces défis ? Une récente enquête en ligne menée par le Scaling Up Nutrition (SUN) Business Network (organisé par le Programme alimentaire mondial (PAM) et GAIN) visait à répondre à cette question.

Selon l'Agence Alimentaire des Nations Unies, l'examen des réponses reçues de 219 propriétaires et/ou dirigeants de PME du système alimentaire dans 12 pays d'Afrique et d'Asie, dont environ 34% d'entreprises dirigées par des femmes et environ 28% d'entreprises dirigées par des jeunes, permet de dresser un tableau nuancé.

Tout d'abord, il est clair que les PME ressentent les effets de la crise : 79 % d'entre elles ont déclaré que les prix élevés ou volatils constituaient un défi actuel pour leur entreprise, un tiers environ les considérant comme leur principal défi et 17 % affirmant que les prix élevés avaient un impact si important sur leur entreprise qu'elle risquait de fermer. Les entreprises dirigées par des femmes et des jeunes étaient particulièrement susceptibles de citer la hausse des prix comme un défi contextuel majeur.

La plupart des entreprises ont estimé que les prix de leurs intrants avaient augmenté de plus de 30% au cours des six derniers mois. Environ deux tiers des entreprises ont également signalé des changements dans la disponibilité des intrants depuis le début de l'année 2022 ; parmi celles-ci, 68% ont signalé une diminution de la disponibilité.

La hausse des prix n'est cependant pas la seule difficulté rencontrée. En effet, si l'on considère leur plus grand défi, la plupart des répondants ont cité soit la difficulté d'accès au financement, soit des réserves financières limitées. Le fait que les PME du secteur alimentaire dans les pays à revenu faible et intermédiaire soient confrontées à des difficultés d'accès au financement est largement reconnu - et à l'heure actuelle, ce problème de longue date exacerbe la pression économique qu'elles ressentent du fait de la hausse des prix.

La principale stratégie utilisée par les entreprises pour répondre à la hausse des prix des intrants a été d'augmenter les prix de vente : 71 % des répondants avaient modifié le prix de leur produit au cours des six mois précédents ; parmi ces modifications, près des trois quarts étaient des augmentations. D'autres ont cité des stratégies telles que la réduction du personnel et de la taille des produits, ce qui pourrait nuire au rendement à long terme de l'entreprise ou à l'accès des clients à la nourriture.

D'après un rapport publié par GAIN, un transformateur d'huiles comestibles et de condiments au Nigeria a indiqué avoir supprimé trois membres du personnel, réduit la taille des produits et diminué les heures de travail pour économiser du carburant. Cependant, certaines entreprises ont également trouvé des moyens novateurs de réagir qui pourraient accroître leur résilience à long terme, notamment en renforçant les chaînes d'approvisionnement locales et en adoptant des sources d'énergie renouvelables.

Un autre exemple, un transformateur de légumineuses à Madagascar a indiqué qu'il passait des contrats directs avec les agriculteurs pour s'approvisionner en matières premières localement - et ainsi éviter une partie de la volatilité des chaînes d'approvisionnement mondiales - et qu'il investissait dans la formation de ces agriculteurs pour garantir des produits de haute qualité.

Les perturbations des marchés alimentaires mondiaux vont probablement se poursuivre dans le cadre des conflits en cours ; dans de nombreux pays à revenu faible ou intermédiaire, elles seront exacerbées par d'autres défis tels que l'insécurité politique locale et les chocs climatiques.

Pour garantir un système alimentaire résilient, il sera important d'atténuer ces effets sur les PME et de faciliter les opportunités qui se présentent à elles - ce qui atténuera les impacts sur les consommateurs qui comptent sur elles pour obtenir des aliments nutritifs.

Cela peut être fait au niveau local en augmentant les options de financement pour les PME - à court et à long terme - et en utilisant des politiques fiscales (telles que des exonérations fiscales limitées dans le temps ou des réductions des paiements d'intérêts et de services publics) pour réduire la pression sur les finances des PME.

Au niveau mondial, il sera essentiel de garantir la libre circulation des denrées alimentaires et des intrants, notamment vers les pays les plus pauvres et hors des zones de conflit, pour endiguer la vague de hausse des prix.

Les perturbations des marchés alimentaires mondiaux vont probablement se poursuivre dans le cadre des conflits en cours ; dans de nombreux pays à revenu faible ou intermédiaire, elles seront exacerbées par d'autres défis tels que l'insécurité politique locale et les chocs climatiques. Pour garantir un système alimentaire résilient, il sera important d'atténuer ces effets sur les PME et de faciliter les opportunités qui se présentent à elles - ce qui atténuera les impacts sur les consommateurs qui comptent sur elles pour obtenir des aliments nutritifs.

Cela peut être fait au niveau local en augmentant les options de financement pour les PME - à court et à long terme - et en utilisant des politiques fiscales (telles que des exonérations fiscales limitées dans le temps ou des réductions des paiements d'intérêts et de services publics) pour réduire la pression sur les finances des PME. Au niveau mondial, il sera essentiel de garantir la libre circulation des denrées alimentaires et des intrants, notamment vers les pays les plus pauvres et hors des zones de conflit, pour endiguer la vague de hausse des prix.

Marlene Mutimawase est rédactrice chez Africa Business Communities.